Home / news / La Ciotat

La Ciotat

La Ciotat, projet pilote d’Impact’Ville en France. Débuté en 2014 avec une approche basée sur le quartier de l’Abeille, il a permis la mise en place d’un micro-projet, une bibliothèque pour enfants, qui répond aux besoins du quartier et qui permet à l’équipe Impact’Ville locale d’être au contact de la population. Voici ci-dessous l’interview par Hélène, d’Agnès (pseudo), une habitante du quartier très impliquée dans ce micro-projet. Agnès est maman de 2 enfants de 5 et 8 ans, et nouvellement arrivée dans le quartier, elle a été présentée il y a 8 mois comme personne-ressource pour participer à l’animation de la bibliothèque du centre social. Elle l’anime en binôme, depuis son ouverture en février 2016, avec Hélène, de l’équipe Impact’Ville, et met tout son potentiel et son dynamisme dans cette animation : c’est elle qui porte aujourd’hui le projet auprès des habitants et des partenaires.

(H) Agnès, qu’est-ce qui t’a donné envie de t’investir dans ce quartier puis cette bibliothèque ?
(A) C’est un quartier dynamique, qui a plein de potentiel, qui a aussi une belle histoire ! J’ai envie de le faire vivre ! Le quartier a, de l’extérieur, et à tort, une mauvaise réputation.  Par de petites actions mises bout à bout, on peut montrer que c’est possible de faire bouger les choses !
J’ai été invitée à participer à l’animation de la bibliothèque par Sophie, une salariée du centre social, qui m’en a parlé lors d’une animation de peinture de rue. Le livre est pour moi le média par excellence de la culture, et cette bibliothèque est un formidable moyen pour rencontrer les gens ! Avec Hélène, qui anime la biblio, on était sur la même longueur d’onde et j’ai vu qu’on pouvait mener quelque chose ensemble. Par la bibliothèque, on dit aux habitants des quartiers alentours : « on est là, on ne vous a pas oubliés ! ».
(H) Une bibliothèque dans un quartier populaire, c’est un défi ou une chance ?
(A) C’est une chance, dans un quartier où les enfants et encore plus les adultes, sont parfois très loin de la culture ! La Bibliothèque, ce ne sont pas que des livres… Une grande ambition, avec des petits moyens, ça force l’humilité ! (rire) C’est aussi un défi à relever, voir comment on peut y arriver avec de petits moyens, c’est motivant, je me sens portée ! Et j’avoue que ce fut un défi pour moi aussi, car c’est le premier projet que je mène au bout ! De voir la porte ouverte, que ça bouge, c’est gagné ! C’est une pierre à l’édifice… !
(H) Agnès, tu donnes de ton temps, ton énergie, et toi : reçois-tu aussi au travers de ton implication ?
(A) Oui, beaucoup ! Ne serait-ce que de voir quelqu’un franchir le pas de cette porte ! Je prends du plaisir : rien que de voir les livres, j’ai la banane ! (rire) Voir un enfant qui a les yeux qui pétillent quand je leur raconte une histoire, les voir s’extasier quand on leur propose quelque chose, c’est tout bénéf’ pour moi ! C’est chacun qui fait vivre cette bibliothèque !
(H) Quel mot voudrais-tu rajouter ?
(A) C’est la passion qui me porte dans ce que je fais.

A retenir : l’équipe Impact’Ville locale a aussi commencé une approche basée sur l’église locale, approche qu’elle a baptisée Euréka. A suivre.

rescof

Share
Top