.mapouter{position:relative;text-align:right;height:500px;width:600px;}.gmap_canvas {overflow:hidden;background:none!important;height:500px;width:600px;}
Home / news / Premiers vols après l’ouragan Matthew

Premiers vols après l’ouragan Matthew

Après Ouragan Après Ouragan Après Ouragan

Après l’ouragan, le 8 octobre 2016

Je suis arrivé au bureau des réservations de vols de la MAF. Et 30 minutes plus tard, je décollais avec une équipe de Medair chargée de l’évaluation et de la logistique. Et puis nous avons mis le cap sur Les Cayes. Là-bas, je me suis rendu avec l’équipe de Medair pour évaluer les dégâts causés par l’ouragan Matthew. Ils ont commencé à discuter avec le directeur national de World Concern qui sera un partenaire pour la distribution de l’aide qui va arriver.
Les Cayes ressemble à une porte ouverte sur la dévastation de l’ouragan Matthew. Le plus impressionnant, c’est de voir tout le monde en train de nettoyer la boue, maison après maison.
Quand nous avons commencé à voyager à l’ouest, les dommages devenaient de plus en plus importants. Les Cayes est la plus grande ville de la région. Il y a de nombreux petits villages à proximité, le long de la route vers l’ouest. Ces petits villages sont là où vous apercevez les dégâts les plus nombreux. La plupart des maisons ne sont plus que quatre murs abîmés, sans toiture ni porte. De nombreuses églises sont détruites, des lignes électriques. Nous sommes donc sortis pour constater par nous-mêmes les 2/3 restants d’une maison qui se trouvait au bord de l’océan. Le troisième tiers manquant a été coupé et emporté avec le terrain pendant la tempête.
Au service des ONG
À notre retour à Port-au-Prince, je suis rentré à temps pour observer une réunion d’information dans les bureaux de la MAF. Il y avait là des membres d’une demi-douzaine d’ONG décidées à aller plus loin à l’ouest de la péninsule. C’est à dire là où les pires dommages ont été subis par l’ouragan. Mais personne n’a pu obtenir des rapports précis de la situation jusqu’à présent, en raison de l’absence de communications. La discussion a été centrée sur les endroits où la MAF peut voler : La ville de Jérémie, la capitale de la Grande Anse d’Haïti, située sur le côté nord de la péninsule. Dame Marie, une ville qui se trouve presque aussi loin à l’ouest sur la péninsule.
Le but des autres ONG est d’utiliser la piste d’atterrissage de la ville de Jérémie (avec des soldats sur place pour assurer la sécurité). Ceci afin de transporter, en toute sécurité, du matériel de secours destiné à être distribué.

Vol pour Dame Marie

Il y avait un vol pour Dame Marie aujourd’hui (samedi 8 octobre). Mais le pilote, David Harms, a fait de multiples survols de la piste d’atterrissage. En effet, il y avait des gens qui ne bougeaient pas de la piste. Ils ont finalement quitté la piste et David a posé son avion qui a été immédiatement encerclé par la foule. Ce n’est qu’après l’intervention d’un responsable local que David a pu déposer sa cargaison et embarquer ses passagers.
La ville de Dame Marie se trouve dans la région la plus durement touchée par l’ouragan. Cette région était autonome avec une industrie prospère centrée sur le cacao, et des ressources naturelles abondantes de fruits et de légumes. Mais l’ouragan a tout détruit, ce qui est susceptible de provoquer la famine, la perte des moyens de subsistance, et la destruction des infrastructures.
 – Rapport de Paul O’Brien –
maf
Top